Procuration permanente – Paiements de l’au-delà ou de ce monde?

janvier 26, 2020
Print
PDF

Bien que l’héritage soit souvent considéré comme une consolation économique, qui est bien sûr minimiser par l’énorme douleur personnelle, les héritiers de la personne décédée sont souvent obligés de faire face à une réalité froide dans la période la plus douloureuse, laissant derrière eux des créanciers ou des dettes financières ainsi que des comptes courants que vous pourriez négligés, qui peuvent entraîner des procédures de recouvrement, des saisies, la forclusion, frais d’amendes, d’intérêts, etc. En premier lieu, la constitution d’une procuration durable par le biais d’un avocat ayant de nombreuses années d’expérience commerciale et des antécédents de soutien aux entreprises peut aider à éviter une période de deuil et de pertes financières qui seront déduis aux actifs restant dans la succession.
D’après la loi, lorsqu’une personne décède, tous ses biens sont transférés à ses héritiers, que ce soit par testament ou par la loi. En général, les héritiers ne sont pas responsables des dettes accumulées au cours de la vie de la personne décédée et dans la mesure où il existe des dettes, celles-ci seront payées sur les actifs laissés uniquement par le défunt (tels que les finances, les biens immobiliers, etc.) même si ces actifs ne sont pas suffisants pour couvrir intégralement les dettes. De plus, pour que les héritiers aient le droit de partager leur héritage ou de disposer de l’un des biens du défunt, ils doivent d’abord demander l’homologation du testament si un testament a été laissé, ou demander un décret d’héritage en vertu de laquelle sera décidé de la répartition de la succession entre tous les héritiers en fonction de leur part (en vertu de la loi). En droit, ce processus bureaucratique implique souvent une longue attente du décret tant attendu et peut également prendre plusieurs mois. En cas de désaccord entre les héritiers, le processus peut se terminer par un processus juridique qui prendra plusieurs années.
Cette situation est l’une des principales causes de frustration pour les héritiers et peut même entraîner des complications juridiques complexes lorsque le défunt dirigeait une entreprise avant son décès où, naturellement, il existe de nombreuses obligations financières envers les employés, les autorités fiscales, le bailleur immobilier, etc… ce qui nécessite souvent une demande urgente au tribunal avec une demande complexe et coûteux pour nommer un gestionnaire de succession temporaire car le fait de ne pas prendre des mesures immédiates et urgentes peut causer de graves dommages. Il est important de comprendre, le plus souvent avec le décès d’une personne, qu’il est difficile d’obtenir des informations vitales des organismes et des autorités concernant les obligations du défunt, celles-ci (tels que les entreprises de téléphonie cellulaire, les câbles, les compagnies d’assurance, les autorités locales en matière de taxe foncière, d’eau, etc.) éviteront généralement en l’absence d’ autorisation appropriée, de fournir des informations à des tiers. Cette situation fait qu’il est difficile de retracer ses engagements financiers actuels du défunt après sa mort. En outre, au-delà des lacunes d’information, il existe une autre difficulté, car la banque gèle souvent l’utilisation du compte bancaire du défunt d’une manière qui ne permet pas le transfert de fonds ou la réalisation d’opérations sur le compte, jusqu’au décret du registre de succession qui définit le mode de répartition de l’héritage entre les héritiers. Cette stagnation, qui peut durer des mois, est un terrain fertile pour les accidents juridiques et économiques. Par exemple, nous avons rencontré des cas où le gel du compte bancaire du défunt a entraîné le non-paiement des ordres de paiement en cours, et par conséquent, des procédures de recouvrement ont été instituées qui ont entraîné des amendes, des taux d’intérêt et des honoraires d’avocat. Au-delà des dommages causés par la négligence des comptes courants, des obligations financiers du défunt et de l’exposition aux réclamations contre la succession, il faut garder à l’esprit que l’angoisse mentale peut être particulièrement grande et puissante. L’attribution des ressources pour gérer les affaires quotidiennes dans les moments les plus sensibles, où les proches du défunt sont au milieu d’un processus de deuil triste et personnel n’est pas du tout simple. La situation est encore plus compliquée quand il est également nécessaire de gérer une entreprise dont le défunt a dirigé et que la gestion se fait « les mains liées dans le dos ».
Une planification et une prévoyance appropriées peuvent empêcher cette situation en exécutant correctement une procuration permanente. La procuration permanente est un outil extrêmement important qui permet de gérer la routine d’une personne même lorsqu’elle n’est plus en mesure de la comprendre, que ce soit en raison d’une maladie, d’une démence, d’un accident ou de tout autre événement. La procuration permanente permet au mandataire désigné de continuer à traiter les biens du défunt, qui a accordé la procuration, même pendant les 90 premiers jours après sa mort et sans qu’il soit nécessaire de recourir à la justice. Le grand avantage est de créer une continuité qui permet des paiements continus, la gestion des biens du défunt, le paiement des frais d’inhumation et de deuil ainsi que la gestion des biens loués ou d’une entreprise qui nécessite une gestion continue.
La procuration permanente ne peut être effectuée que par un avocat autorisé par le tuteur légal, cependant cette certification ne nécessite pas d’expérience préalable dans les affaires commerciales, immobilières, d’entreprise ou de testament et de succession. Par conséquent, il est conseillé de ne pas se contenter d’un certificat de qualification et de ne consulter qu’un avocat ayant de nombreuses années d’expérience dans ces domaines, et peut s’assurer que les documents sont faits sur mesure dans la mesure de la procuration et ne seront pas basés uniquement sur un modèle.